Reddition de comptes en développement durable : un jury de l’Université de Sherbrooke salue l’excellence de BMO et de Sun Life Financial

Reddition de comptes en développement durable : un jury de l’Université de Sherbrooke salue l’excellence de BMO et de Sun Life Financial

Une équipe d’étudiants de l’Université de Sherbrooke a évalué les rapports de développement durable (RDD) d’institutions financières bancaires et non bancaires cotées à la Bourse de Toronto, dans le cadre du Concours IFD-FM du meilleur rapport de développement durable 2020. BMO et Sun Life Financial (Sun Life) ont remporté le titre dans leurs catégories respectives.

Simon Brissette et Antony Bureau-Royer ont participé au projet, améliorant leur compréhension du développement durable et des enjeux environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG), et offrant aux entreprises un point de vue impartial pour optimiser leur RDD.

Transparence et valeur ajoutée en divulgation ESG

« Les entreprises font certainement preuve de transparence, mais elles demeurent très optimistes », souligne Simon. « Sans omettre des renseignements moins avantageux, elles mettent particulièrement en lumière les données qui leur sont favorables. »

Antony a pour sa part observé que les RDD variaient beaucoup en matière de transparence. « Certaines entreprises attirent surtout l’attention sur leurs bons coups, d’autres font valoir leurs cibles, les défis qu’elles doivent relever, et certaines en parlent vraiment moins », relate-t-il.

La vision à long terme et la description explicite de la portée des mesures prises ont permis aux entreprises gagnantes de se distinguer. « Les cinq premières institutions montraient clairement les effets de leurs réalisations au sein de l’organisation au jour le jour, comme par exemple ce que cela changeait de diminuer l’empreinte carbone ou la quantité de papier utilisée », indique Antony.

L’équipe de Simon a noté que BMO présentait une stratégie associée à cinq principaux facteurs ESG et différents indicateurs pour chacun d’eux. Dans le cas de la CIBC, les facteurs d’évaluation du développement durable correspondent aux secteurs d’activité bancaires établis par le Sustainable Industry Classification System (SICS) et c’est une organisation externe qui a identifié ces facteurs. « C’est donc plus indépendant comme manière de procéder », estime Simon. La Banque Scotia se distingue en dévoilant les mesures prises en 2018, en 2019 et en 2020 en ce qui a trait à certains facteurs ESG. « Elle montre un regard plus tourné vers l’avenir et cela offre à l’investisseur davantage d’informations sur la matérialité », indique Simon. « Le plus important est de savoir ce qui a été fait, et surtout la stratégie de l’entreprise pour l’avenir en tenant compte des mesures déjà en place. »

Le jury d’Antony a classé Sun Life, la Caisse de dépôt et l’Industrielle Alliance aux trois premiers rangs et l’un des points communs de leurs RDD est la référence à la certification environnementale de leurs bâtiments. Ce qui a fait de Sun Life l’entreprise gagnante est un tableau indiquant à quel indicateur de la Global Reporting Initiative (GRI) chaque élément du RDD correspond. « Notre équipe a trouvé cette stratégie très intéressante », dit Antony.

De plus, les données divulguées démontrent que les entreprises accordent une place clé à la diversité, particulièrement pour le nombre de femmes et de personnes appartenant à des groupes ethniques différents. Antony a également remarqué que certaines entreprises n’hésitent pas à indiquer leurs choix de secteurs d’investissement. « Sun Life, par exemple, a refusé d’investir dans le tabac ou les munitions à fragmentation », note-t-il.

Importance du Concours et carrière en investissement responsable

L’analyse du RDD, reflet des valeurs et de l’éthique d’une société, permet aux étudiants en finances de mener leur acquisition de connaissances plus loin. « Grâce à cet exercice, on peut en apprendre davantage sur les risques ESG, tels que la réputation », explique Simon. « Le baccalauréat se concentre plus sur les données quantitatives, donc je dirais que ça a ouvert nos horizons, du moins les miens. »

Antony constate lui aussi que la divulgation ESG n’est pas un thème approfondi dans le cadre de sa maîtrise en finances. Le Concours permettra selon lui de parler davantage d’investissement responsable dans le milieu académique. « Tous les emplois vont traiter des facteurs ESG, alors il faudrait qu’il y ait au moins un cours à ce sujet et j’espère qu’un projet comme celui-ci attirera l’attention sur ce besoin », dit-il.

Ce qu’Antony retient également du Concours est que les entreprises semblent réellement conscientes que le développement durable représente un investissement plus qu’une dépense. « Plutôt que la dualité entre l’ajout de valeur pour l’actionnaire et les dépenses en lien avec les facteurs ESG, la plupart des entreprises y voyaient en fait un investissement à long terme », précise-t-il.

Pour Simon, futur avocat, même si l’investissement responsable n’est pas le domaine qu’il cible comme tel, il va de soi que ce champ d’action aura une influence sur la pratique de sa profession. « L’éthique d’entreprise aura certainement de l’importance en droit », souligne-t-il. « Puisque l’ensemble des entreprises doivent maintenant en tenir compte, la finance durable fera bien sûr partie de mon travail », ajoute Antony.

 

Sun Life Financial, source d’inspiration en durabilité

« La durabilité est une priorité pour Sun Life, elle est essentielle à notre succès », affirme Susan Jantzi, directrice des Affaires commerciales et de la durabilité chez Sun Life Financial. « Une stratégie efficace en développement durable, ainsi qu’une reddition de comptes en durabilité d’envergure et transparente sont étroitement liées et ne peuvent être séparées. »

Les activités de divulgation ESG de Sun Life sont guidées par les normes de la GRI. De plus, l’implication des parties prenantes de l’entreprise et une évaluation de la matérialité permettent de s’assurer que les émetteurs présentent des données sur les thèmes clés à aborder. « Nous consultons environ 85 experts du domaine et propriétaires de données dans l’ensemble de l’entreprise pour la rédaction de notre RDD », indique Mme Jantzi.

Objectifs de rendement environnemental

Les données de rendement environnemental pour les biens de placement visés par les objectifs d’émissions de gaz à effet de serre (GES) de Sun Life sont mises à jour à la réception des factures de services publics. Ces données, tant pour les immeubles de l’entreprise que ses investissements immobiliers, sont ajoutées à un système de gestion des données environnementales et suivies par les gestionnaires de portefeuille.

Les changements climatiques sont intégrés au processus de gestion des risques pour l’ensemble de l’entreprise. « Sun Life divulgue également ses renseignements sur les changements climatiques par le biais du Carbon Disclosure Project (CDP) et est signataire de la demande d’informations de celui-ci sur les changements climatiques », mentionne Mme Jantzi. L’entreprise est en faveur de la Task Force on Climate-related Financial Disclosures (TCFD) et travaille présentement à l’intégration des recommandations de la TCFD à ses activités de divulgation.

 

BMO fait preuve de rigueur et de pertinence en divulgation ESG

BMO, dont la raison d’être est inspirée des 17 objectifs de développement durable des Nations Unies, collabore avec tous ses groupes de services, y compris les marchés financiers, la gestion de patrimoine et la gestion d’actifs, ainsi que les services bancaires aux particuliers et aux entreprises, pour s’assurer que ses activités de divulgation ESG soient cohérentes et en accord avec la GRI, le Sustainability Accounting Standards Board (SASB) et la TCFD.

L’entreprise met à profit de nouvelles technologies, ce qui se retrouve bien sûr dans son RDD.    « Au cours de la dernière année, nous avons adopté et automatisé des technologies d’intelligence artificielle pour notre évaluation de matérialité », mentionne Simon Fish, vice-président directeur et avocat général chez BMO. « Nous utilisons le moteur de recherche ESG Datamaran, utile pour accélérer le processus de diligence raisonnable requis par la GRI. »

Convergence des normes

M. Fish note que le Forum Économique Mondial et l’Union européenne tentent de trouver une méthode de divulgation différente et définitive en développement durable. Il a aussi rencontré le président exécutif de Accounting for Sustainability (A4S), un groupe mondial créé à Londres par la fondation de bienfaisance du prince de Galles. « Reflétant l’intérêt personnel du prince pour tout ce qui concerne l’environnement, ce groupe établi il y a une vingtaine d’années travaille également pour l’harmonisation », explique-t-il.

Climat et finance durable

« Les changements climatiques sont l’un des plus importants défis de notre époque, alors ils sont au cœur de nos activités de divulgation ESG », souligne M. Fish. « Voilà pourquoi le Wall Street Journal en a fait un reportage et le cadre conceptuel que nous utilisons attire de plus en plus l’attention des organismes de réglementation et de plusieurs de nos investisseurs ».

En 2019, BMO a annoncé un engagement à mobiliser 400 milliards $ pour la finance durable d’ici 2025. Elle a également émis sa première obligation durable, d’une somme de 500 millions $ US et lancé le Impact Investment Fund pour promouvoir une économie durable. L’entreprise participe à un programme environnemental des Nations Unies pour déterminer les méthodes d’évaluation des risques climatiques. « Nous explorons de nouvelles approches et technologies pour développer des informations utiles au sujet des risques en lien avec le climat, ainsi qu’avec la gestion de la chaîne d’approvisionnement, une question particulièrement d’actualité durant cette période de la COVID-19 », souligne M. Fish.

 

Mélanie Pilon, journaliste pour l'Initiative pour la finance durable de Finance Montréal

Retour à la liste des nouvelles