skip to Main Content

L’Engagement de Montréal sur le carbone, un an plus tard Plus de 80 investisseurs internationaux avec 5 000 milliards $ US

MONTRÉAL, le 25 septembre 2015 – En tout juste un an, plus de 80 investisseurs majeurs de partout sur la planète, représentant globalement des actifs d’environ 5 000 milliards $ US, ont joint les rangs des signataires de l’Engagement de Montréal sur le carbone.

Les signataires de l’Engagement de Montréal sur le carbone ont l’obligation de mesurer et de divulguer l’empreinte carbone de leur portefeuille d’investissement. Cette pratique d’affaires innovatrice est d’une importance significative dans l’industrie des services financiers, en raison notamment de sa portée mondiale. Cela représente un pas important dans l’accroissement des efforts visant à incorporer les enjeux environnementaux, sociaux et de gouvernance dans les décisions d’investissement des firmes financières.

Cette initiative de niveau planétaire a été lancée le 25 septembre 2014 dans le cadre de la principale conférence mondiale sur l’investissement responsable qui réunissait à Montréal au-delà de 500 participants provenant de plus de 25 pays, parmi lesquels on trouvait des sociétés d’investissements de très grande envergure internationale. Un an plus tard, cet engagement compte plus de 80 signataires à travers le monde, notamment Bâtirente, CalPERS, l’Établissement de retraite additionnelle de la fonction publique (ERAFP), Groupe AXA et Aviva Investors.

Supervisé par l’organisation internationale Principles for Responsible Investment (PRI), affiliée aux Nations unies, l’Engagement de Montréal sur le carbone vise à recruter des investissements de 3 000 milliards $ US (portefeuille spécifique carbone) avant la prochaine conférence de l’ONU sur les changements climatiques en décembre 2015 à Paris. Les investisseurs peuvent d’ici-là entreprendre de soumettre leurs portefeuilles, en totalité ou en partie, aux règles de l’Engagement de Montréal sur le carbone.

« L’an dernier à Montréal, Christiana Figueres, secrétaire exécutive de la Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques, nous a confié la tâche d’encourager les entreprises à mesurer l’empreinte carbone de leurs portefeuilles. », explique Fiona Reynolds, directrice générale des PRI.  « Nous avons accepté ce défi avec plaisir et nous recrutons un nombre croissant de signataires, ce qui devrait envoyer un message clair aux décideurs en prévision de la conférence de Paris. Il nous reste néanmoins beaucoup de chemin à faire, PRI encourage donc l’ensemble de ses détenteurs d’actifs et de ses gestionnaires de portefeuilles à signer dès maintenant l’Engagement de Montréal sur le carbone. »

Plus tôt cette année, la France est devenue le premier pays du monde à exiger de ses institutions financières la divulgation de leur empreinte carbone. Cette nouvelle obligation légale, annoncée le 22 mai 2015 lors de la Journée mondiale de la finance pour le climat par M. Michel Sapin, ministre des Finances, fait dorénavant partie de l’article 48 de la Loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte.

Les 34 membres du réseau PRI Québec se pencheront sur ces questions et d’autres dans le cadre d’un important colloque en novembre prochain à Montréal.

L’Engagement de Montréal sur le carbone –  www.montrealpledge.org
L’Engagement de Montréal sur le carbone est soutenu par les PRI et le United Nations Environment Programme Finance Initiative (UNEP FI). Il permet aux investisseurs (détenteurs d’actifs et gestionnaires de portefeuilles) de formaliser leur engagement envers les objectifs de la Portfolio Decarbonization Coalition récemment annoncée, ce qui encouragera ceux-ci à mesurer, à divulguer et à réduire l’empreinte carbone de leurs portefeuilles de centaines de milliards de dollars d’ici la conférence de l’ONU sur les changements climatiques en décembre 2015 à Paris.

PRI pour Principles for Responsible Investment – www.unpri.org
Lancé en 2006 sous l’égide des Nations unies, ce mouvement international incite les gestionnaires de fonds, les investisseurs institutionnels et les conseillers financiers à tenir compte des enjeux écologiques, sociaux et de gouvernance dans leurs décisions d’affaires. Il réunit aujourd’hui près de 1400 signataires à travers le monde, qui gèrent des actifs s’élevant à près de 60 000 milliards de dollars américains. Au Québec, une cinquantaine de sociétés font partie du réseau.

-30-

Source : Principles for Responsible Investment
Relations médias : Roch Bilodeau – 1 855 347-7622

Back To Top
X
X